« Nous avons les moyens de nous maintenir »

Au terme du premier tour en 2ème ligue genevoise, notre deuxième équipe veyrite, néo-promue dans la catégorie, pointe à la 8ème place, quatre points au-dessus de la barre de relégation. A l’heure de la trêve, il est temps de faire le bilan avec l’entraîneur Yves Nkidiaka.

 

Avant de faire le bilan, parle-nous de la promotion en 2ème ligue en juin dernier. Etait-ce une surprise pour l’équipe ?
Oui et non. Oui car un concours de circonstances (aucun relégué genevois en 2ème inter et le cas Genève-Poste qui ne pouvait pas monter) nous ont permis d’accéder à la catégorie supérieure. Et non, car ça faisait un moment que l’équipe terminait dans le haut du tableau de 3ème ligue les années précédentes, en se retrouvant souvent dans la course au titre. Je trouve également que l’année passée, nous avons fait une très bonne saison conclue par 51 points, terminant à un seul point d’US Carouge en ayant marqué 67 buts pour 29 buts encaissés. Le tout en restant invaincu lors du 2ème tour. Alors en soi, sportivement non ce n’est pas une surprise, même si on a été aidés administrativement parlant et que les équipes genevoises de 2ème ligue inter nous ont filé un coup de pouce.

Au terme du premier tour, le bilan en 2ème ligue et de 4 victoires, 2 nuls et 5 défaites, pour une 8ème place à l’heure de la trêve. En tant que néo-promu, es-tu satisfait ?
Oui, je suis satisfait même si on pourra toujours dire que sur certains matchs, on aurait pu mieux faire. Malgré des débuts pas forcément évidents, on a gardé notre ligne de conduite et l’équipe a continué à produire du jeu. Les joueurs ont su élever leur niveau pour s’adapter à la catégorie. L’apprentissage n’a pas été facile, mais ils ont su le faire rapidement. D’autant plus que les joueurs encore en âge de juniors qui ont rejoint le groupe se sont parfaitement adaptés.

L’équipe a-t-elle les armes pour se maintenir au printemps prochain ?
Bien sûr que oui, ça ne sera pas facile, personne ne nous fera de cadeaux, mais si l’équipe est disciplinée sur le terrain, que les joueurs reproduisent les efforts fournis durant ce premier tour voire un peu plus, on devrait avoir les moyens de se maintenir. Ce qui est positif, c’est que même dans nos défaites, le jeu proposé était intéressant, ce qui est de bonne augure pour le maintien.

Il y a aussi cette élimination en 1/16 de finale de la Coupe genevoise contre US Carouge (0-3), un adversaire que vous avez pourtant battu en championnat. Des regrets ?
Certes, on les a battu en championnat, mais cela ne nous garantissait en rien une victoire en coupe. Je pense que les regrets il faut les avoir le soir même et ensuite, être capable de faire l’analyse pour l’aller de l’avant et passer à autre chose.

Quels liens avez-vous avec la première équipe en termes d’échanges de joueurs ?
Les mêmes liens qu’il y a dans n’importe quelle équipe d’actifs ou juniors. C’est à dire que sur certains matchs, on en a aucun, sur d’autres on peut en avoir un, deux, voire trois. Je pense que ce qui fait que les liens se passent bien avec la première équipe, c’est que les joueurs de la Une qui sont venus jouer avec nous ont toujours eu une très bonne mentalité et ont parfaitement joué le jeu sans tricher. Il y a aussi des échanges dans l’autre sens. On avait un joueur en âge de juniors au sein de la Deux, Bryan Mukenge, qui a intégré la première pendant le premier tour. Deux autres feront la préparation hivernale, cela démontre la bonne entente entre les deux équipes.

Que peut-on souhaiter à l’équipe pour l’année 2018?
Que les joueurs continuent à prendre du plaisir. Que l’équipe continue de garder sa jouerie pendant les matchs, peu importe les résultats et le classement. Que les jeunes qui sont dans le contingent passent un palier et que les juniors A continuent d’intégrer l’équipe. Et bien évidemment, que l’on assure notre maintien dans la catégorie pour la saison suivante.